---

---
Home / News / IATF 2021: DLAMINI ZUMA SÉDUITE PAR LES POTENTIALITÉS DE LA CÔTE D’IVOIRE
A+ R A-

IATF 2021: DLAMINI ZUMA SÉDUITE PAR LES POTENTIALITÉS DE LA CÔTE D’IVOIRE



Le mercredi 17 novembre fut la journée de la Côte d’Ivoire à la deuxième édition de la foire commerciale intra africaine (Iatf) qui se tient actuellement à Durban, dans le Kwazulu-Natal en Afrique du Sud. La Côte d’Ivoire a abordé ce forum en force, attirant beaucoup de sympathie de la part des visiteurs de marque.
C’est le cas particulièrement de l’ancienne présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini Zuma, architecte de la ZLECA avec son fameux “I have a dream”. Marquant un temps d’arrêt assez long devant le pavillon ivoirien, Mme Zuma a estimé toute son admiration pour la Côte d’Ivoire. Pour l’influente membre de l’ANC, son pays, l’Afrique du Sud, et la Côte d’Ivoire doivent intensifier les relations et faciliter la circulation des biens et des personnes. Depuis 1995, date où elle fut nommée ministre, elle avait déjà un faible pour les potentialités dont regorge la Côte d’Ivoire (l’agriculture, la façade maritime, les infrastructures etc).
À Durban, il a été question du Plan national de développement (Pnd) bâti sur six piliers dont la transformation structurelle, le développement du capital humain, le développement du secteur privé, la gouvernance. En outre, la Côte d’Ivoire dispose de 3 000 ha de zones industrielles aménagées et disséminées dans tout le pays.
Présent à l’IATF, le ministre ivoirien du Commerce et de l’Industrie, Souleymane Diarrassouba, est revenu sur les points saillants de ce dernier plan quinquennal évalué à 90 milliards d’euros. «C’est avec ce plan que nous allons créer de la richesse et de l’emploi pour nos populations. La Côte d’Ivoire a un environnement des affaires attractif comme en témoigne la présence d’entreprises Sud-africaines sur le sol ivoirien à l’instar de Mtn, Rangold. “Nous avons un tribunal pour le règlement des litiges (le tribunal du commerce)”, explique le ministre.
Au niveau du commerce intra-africain, la Côte d’Ivoire est à 23%, ce qui montre déjà les efforts du pays à aller vers ce marché africain de 1,3 milliard de personnes avec un Pib cumulé de 4500 milliards Fcfa.
À la suite du ministre, beaucoup d’opérateurs privés ont pris la parole. Selon Ali Kéita, président de l’interprofession Karité, son secteur d’activité doit se préparer d’ores et déjà à relever le défi de la troisième édition de l’IATF prévue en Côte d’Ivoire».
Pour sa part, Didier Gobli du Service Promotion et relation publique du Conseil café cacao de Côte d’Ivoire explique que c’est un moment important pour le Conseil de prendre part à la deuxième édition de la foire. « Nous avons toujours pour souci d’améliorer les conditions de vie de nos producteurs, donc c’était important pour nous de saisir cette opportunité pour faire la promotion de nos produits de cacao et de café de Côte d’Ivoire. Notre stand ne désemplit pas, c’est un bon moment de convivialité et de partage».
Même son de cloche auprès du Conseil coton anacarde représenté par son directeur général adjoint, Berté Mamadou, présent à Durban pour expliquer les opportunités qu’offre son organisation pour faciliter l’implantation d’investisseurs étrangers désireux d’explorer le domaine de l’anacarde et du coton.
Plusieurs structures ivoiriennes sont aussi présentes dans le pavillon de Côte d’Ivoire comme le Guichet unique du commerce extérieur (Guce), des créateurs de mode, Guy Bengue de l’Apex/CI, Silué Alain transformateur de mangue séchée …etc. La Côte d’Ivoire en force.
Par Issouf Kamgaté, Financial Afrik

Voir les photos